Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
univers-soufi

Les épiphanies de la Loi sacrée - Ibn'Arabi

12 Décembre 2013 , Rédigé par Ladji Publié dans #soufisme

Les épiphanies de la Loi sacrée - Ibn'Arabi

Maintenant que ce que j'affirme est clair, apprends que lorsque l'homme est exempt de tout désir, déteste sa nature individuelle, et donne la préférence à son Seigneur, Dieu (al-Haqq) remplace la forme (sûra) de sa nature individuelle par celle d'une guidance Divine - vérité procédant d'une Vérité (haqqan min 'indi haqqin) - au point qu'il s'avance revêtu de lumière; et cette forme, c'est la Loi sacrée (al-sharî'a) de son prophète, le message de son envoyé. Ainsi lui est-il inspiré de chez son Seigneur ce en quoi se trouve son bonheur.

Parmi les hommes ( spirituels qui bénéficient de ce charisme), il en est qui voient cette image sous les traits du prophète, et d'autres qui la voient sous l'apparence de leur propre état. Si la Loi se manifeste à un être sous les traits du prophète, il lui suffit pour la comprendre de recevoir ce que cette forme lui enseigne. En effet, le démon ne revêt jamais l'image d'un prophète. Cette image est donc bien l'image véritable du prophète et de son esprit, ou encore l'image d'un ange (malak) qui a revêtu sa forme et tient sa connaissance de la Loi de Dieu Lui-même. Et ce qu'il lui dit, c'est cette Loi elle-même.

J'ai personnellement appris d'une semblable image bien des choses relatives aux statuts légaux dont je n'avais eu connaissance ni par des savants, ni par des livres. Or, lorsque j'ai exposé ce que m'avait communiqué cette image au sujet des statuts légaux à certains savants de mon pays, spécialistes à la fois du hadith et des différentes écoles juridiques (madhâhib), ils m'informèrent que tout ce que je venais de leur dire avait été rapporté tel quel par le prophète dans le Sahîh et sans qu'il y manquât une seule lettre.

Maintenant, si cette image apparaît à quelqu'un sous une autre forme que celle du prophète, c'est sans aucun doute qu'elle exprime son propre état (hâl), ou encore la situation de la Loi religieuse à ce moment et à cet endroit comme c'est le cas lorsqu'on voit cela en rêve. La seule différence réside dans le fait que l'homme en question a eu cette vision en état de veille (yaqza), alors que le commun des gens ne la perçoit que dans le sommeil. Cet homme ne doit rien accepter de cette image, lorsqu'elle se manifeste selon ce mode, en matière de statuts légaux. En revanche, dès lors qu'il ne s'agit pas d'affirmer le caractère licite (tahlîl) ou illicite (tahrîm) des choses, il n'y a pas d'inconvénient à ce qu'il reçoive d'elle les sciences et les secrets qu'elle lui apporte, même en matière de credo ('aqâ'id) : car la Présence Divine accepte tous les credo à la seule exception du polythéisme (shirk). En effet, l'associé (que le polythéiste attribue à Dieu) est pur néant ('adam mahd) et l'Être absolu n'accepte pas le néant.

Source: les illuminations de la Mecque (Al-Futûhât al-Makkiyâ) - Ibn'Arabi.

Partager cet article

Commenter cet article