Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
univers-soufi

LES TROIS SORTES DE NAWÂFIL - Al-Ghazâlî

25 Novembre 2016 , Rédigé par Ladji Publié dans #islam

Derviches

Derviches

Sache qu'en dehors des prières prescrites il y'a trois sortes de prières nawâfil : les sunan, les prières recommandées (al-mustahabbât) et les prières volontaires (al-tatawwu'ât). 

Par sunan nous entendons ce qu'on a rapporté que l'Envoyé de Dieu observait régulièrement comme prières consécutives (al-rawâtib) aux prières prescrites, la prière d'al-dhuhâ (la matinée), al-witr, al-tahajjud (prière nocturne) etc. Parce que la sunna constitue la voie à pratiquer.

Par al-mushabbât nous entendons ce que les traditions rapportent sur leur mérite sans indiquer qu'il faut les observer régulièrement comme ce que nous rapporterons sur les prières des jours et des nuits de la semaine, sur la prière à l'occasion de l'entrée et de la sortie de chez soi etc.

Par al-tatawwu'ât (les prières volontaires) nous entendons tout le reste au sujet duquel il n'y a pas une tradition particulière. Mais il s'agit de la part du serviteur d'un acte volontaire. En ce sens qu'il a voulu se mettre en confidence avec Dieu par le moyen de la prière dont le mérite est attesté par la loi religieuse. Il s'agit donc d'un acte volontaire du serviteur puisqu'il ne lui a pas été recommandé d'accomplir cette prière en particulier qu'il a observée de plein gré même s'il est tenu de faire certaines prières à des moments déterminées.

Ces trois sortes de prière ont été appelées des nawâfil (surérogatoires) parce que ce vocable signifie en arabe le surplus. Car le caractère commun aux nawâfil c'est qu'elles constituent un plus par rapport aux prières obligatoires. Donc nous avons retenu par convention les termes nâfila, sunna et tatawwu' pour faire connaître les desseins à travers ces actes d'adoration. Aussi il n'y a pas de problème pour celui qui change cette terminologie car les termes comptent peu lorsqu'on e déjà compris les finalités. Il reste que les degrés de mérite de ces catégories de prières diffèrent en fonction des traditions et des informations pour faire connaître leur mérite, de la régularité de leur observance par le Prophète et en fonction de l'authenticité et de la célébrité des traditions à leur sujet. Voilà pourquoi on dit que les sunan relatives aux actes en commun sont meilleurs que les sunan relatives aux actes en solitaires, que les meilleurs sunan relatives aux actes en commun sont la prière de l'aïd puis la prière du kusûf (l'éclipse) puis la prière d'al-istiqâ' (la demande de pluie), que les meilleurs sunan relatives aux actes individuels sont al-witr puis les deux rak'a du fajr puis les prières rawâtib (prières consécutives aux prières obligatoires). Sache également que les nawâfil par rapport à ce qu'elles se rapportent se subdivisent à leur tour entre celles qui se rapportent à des causes particulières comme le kusûf (l'éclipse) et al-istisqâ' et celles qui se rapportent à des moments. A leur tour celles qui se rapportent au temps se subdivisent entre celles qui se répètent selon la succession des jours et des nuits ou selon la succession des semaines. En somme il y' a quatre groupe de prières.

A. LES PRIERES QUI SE REPETENT TOUS LES JOURS ET TOUTES LES NUITS

Elles sont au nombre de huit cinq sont constituées par les prières consécutives (al-rawâtib) aux prières obligatoires et dont les trois autres  viennent juste après, à savoir la prière du dhuhâ (la matinée), la prière entre le maghrib et le 'ishâ et la prière nocturne  al-tahajjud.

Evoquons-les en détails.

La première : la prière consécutive à la prière obligatoire du subh. Elle est constituée de deux rak'a. L' Envoyé de Dieu : " les deux rak'a de l'aube valent le bas-monde et tout ce qu'il renferme." Leur heure débute au moment de l'apparition de l'aube réelle qui est plutôt longue que dispersée. Mais il est très difficile de l'apercevoir à ses débuts à l'oeil nu sauf, si on est initié aux positions de la lune ou si l'on connaît la correspondance entre son apparition et les positions des étoiles qu'on peut voir à l'oeil nu. On peut donc la déterminer par les étoiles, et par la position de la lune durant deux nuits du mois. En effet la lune apparaît en même temps que l'aube au cours de la vingt-sixième nuit du mois, et le matin se lève en même temps que le coucher de la lune au cours de la douzième nuit du mois. C'est ce qui arrive généralement. Mais le connaître avec beaucoup de précision exige des explications plus détaillées qu'il n'y a pas lieu d'aborder ici.

Il reste que le temps des  deux rak'a de l'aube se termine en même temps que se termine le temps de la prière obligatoire du subh, à savoir l'apparition du soleil. Toutefois la Sunna implique qu'on doit accomplir ces deux rak'a avant la prière obligatoire du subh. Néanmoins si le fidèle entre dans la mosquée au moment où débute la prière obligatoire il doit d'abord accomplir celle-ci parce que le Prophète a dit :" Lorsqu'on annonce la prière il n'y a point d'autre prière à observer que celle qui est prescrite."

Ensuite lorsque le fidèle termine la prière prescrite il se lève et observe les deux rak'a de l'aube. Ce qui est sûr c'est que ces deux rak'a sont considérées comme accomplies dans leur temps imparti tant qu'on les observe avant le lever du soleil parce qu'elles sont consécutives à la prière prescrite du subh. Leur avancement et leur retardement par rapport à la prière prescrite du subh relève de la sunna tant que le fidèle qui les observe ne tombe pas au moment de leur accomplissement sur un groupe de fidèles qui observent en commun la prière prescrite du subh. Si c'est le cas ces deux rak'a sont observées ensuite mais dans leur temps imparti. Quoi qu'il en soit il est recommandé au fidèle de les observer chez lui en les allégeant avant de venir à la mosquée et d'observer deux rak'a de salut de la mosquée. Ensuite il s'assoie et s'abstient de prier jusqu'à ce qu'il observe la prière prescrite. Car entre l'aube et le lever du soleil il est préférable de s'adonner au dhikr (mention de Dieu) et à la méditation et de se contenter des deux rak'a de l'aube en plus de la prière prescrite à cette occasion.

La deuxième : c'est la prière consécutive au dhuhr. Elle se compose de six rak'a : deux rak'a après la prière obligatoire du dhuhr qui sont très recommandées par la sunna et quatre rak'a avant qui sont également sunna même si elles sont moins importantes que les deux rak'a précédentes.

Abû Hurayra rapporte que le Prophète a dit : " Celui qui observe quatre rak'a après midi en excellant dans leur récitation, leur rukû' et leur sujûd soixante-dix mille anges prient avec lui et ne cessent de demander pardon en sa faveur jusqu'à la tombée de la nuit." De même le Prophète que Dieu lui accorde la grâce et la paix - observait régulièrement quatre rak'a après midi et disait: " Les portes du ciel s'ouvrent à cette heure et j'aime qu'une oeuvre de ma part soit proposée au ciel à ce moment là." Ce hadith a été rapporté par Abû Ayyûb al-Ansâri. Ceci est attesté également par Um Habiba, l'épouse du Prophète, qui rapporte qu'il a dit : " A celui qui observe chaque jour douze rak'a en dehors des prières prescrites on construira pour lui une maison au Paradis : deux rak'a avant la prière obligatoire de l'aube, quatre rak'a avant le dhuhr et deux après, deux avant le 'asr et deux après le maghrib." De même Ibn 'Umar rapporte ceci : " J'ai retenu de l'Envoyé de Dieu - que Dieu lui accorde la grâce et la paix - dix rak'a chaque jour" et il a mentionné ce qui a été rapporté par Um Habîba à l'exception des deux rak'a de l'aube. En effet il a dit à ce sujet : " C'était une heure ou on n'accédait pas auprès de l'Envoyé de Dieu.

Mais ma soeur Hafsa m'a informé que le Prophète observait deux rak'a dans sa pièce puis sortait." En plus dans le hadith qu'il rapporte Ibn 'Umar parle de deux rak'a avant le dhuhr et de deux rak'a après le 'ishâ' sont plus recommandées que les quatre autres.

La troisième : c'est la prière consécutive au 'asr. Toutefois on l'observe sous forme de quatre rak'a, observées deux à deux juste avant le 'asr. Abû Hurayra rapporte que le Prophète a dit : " Dieu prend en miséricorde un serviteur qui accomplit quatre rak'a avant le 'asr." Donc faire cela  dans l'espoir d'être intégré dans l'invocation de l'Envoyé de Dieu - que Dieu lui accorde la grâce et la paix - est très recommandé. En effet son invocation est exaucée certainement. Toutefois sa régularité dans l'observance de cette sunna avant le 'asr n'était pas comme sa régularité dans l'observance des deux rak'a avant le dhuhr.

La quatrième : la prière consécutive au maghrib. Il s'agit de deux rak'a observée après la prière prescrite sur lesquelles il n'y a pas de divergence entre les versions rapportées à ce sujet.Quant aux deux rak'a observées avant le maghrib, entre l'appel à la prière et l'iqâma, comme une initiative faite par le fidèle, c'est une tradition attestée par tout un groupe de Sahâba (compagnons) comme Ubay Ibn Ka'b, 'Ubâda ibn al-Sâmit, Abû Dhar, Zayd ibn Thâbit et bien d'autres. En effet 'Ubâda ou quelqu'un d'autre disait : " Lorsque le muezzin appelait à la prière du maghrib les compagnons de l'Envoyé de Dieu - que Dieu lui accorde la grâce et la paix - se hâtaient vers les colonnes pour accomplir deux rak'a."  Quelqu'un d'autre disait : " Nous accomplissions deux rak'a avant le maghrib au point  que celui qui entrait dans la mosquée croyait que nous avions terminé l'accomplissement de la prière prescrite et nous demandait : Avez-vous observé le maghrib ? Ceci fait partie de la parole du Prophète : " Entre les deux appels à chaque prière il y'a une prière pour celui qui voudra le faire." D'ailleurs Ahmad ibn Hanbal a eu pour habitude de les observer, mais les gens lui avaient fait des reproches et il a cessé de le faire. Comme on l'a interrogé à ce sujet il a répondu par ceci : " Comme j'ai vu que les gens ne les observaient pas je les ai abandonnées." Il a dit aussi : " Si le fidèle les observe chez lui ou là où les gens ne le voient pas ce sera bon."

Source: Les Secrets de la Prière en Islam - Al - Ghazâli.

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article