Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
univers-soufi

De la nature du Soufisme

20 Février 2013 , Rédigé par Ladji Publié dans #soufisme

200px-MevlanaLe soufisme (at-Taçawwuf) (1), qui est l'aspect ésotérique ou "intérieur" (bâtin) de l'islam, se distingue de l'islam exotérique ou "extérieur" (zâhir) au même titre que la contemplation directe des réalités spirituelles - ou divines - se distingue de l'observance des lois qui les traduisent dans l'ordre individuel en rapport avec les conditions d'un certain cycle de l'humanité. Alors que la voie commune des croyants vise à l'obtention d'un état béatifique après la mort, accessible en vertu d'une participation indirecte et comme symbolique, par les oeuvres prescrites, aux Vérités Divines, le Soufisme a son but en lui-même, en ce sens qu'il peut donner accès à la connaissance immédiate de l'éternel; cette connaissance, étant une avec son objet, délivre de l'enchaînement fatal des existences individuelles; - l'état spirituel de baqâ, auquel aspirent les contemplatifs soufis et dont le nom signifie la pure "substance" hors de toute forme, est le même que l'état de moksha, la "délivrance" dont parlent les doctrines hindoues, comme l' "extinction" (al-fanâ) de l'individualité, qui précède la "substance", est analogue au nirvâna en tant que notion négative.

Pour que le Soufisme  comporte une telle possibilité, il faut qu'il s'identifie au "noyau" (al-lubb) de la forme traditionnelle qui le supporte. Il ne peut pas être surajouté à l' Islam, car il aurait un caractère périphérique par rapport aux moyens spirituels de celui-ci; il est au contraire plus proche de leur source supra-humaine que ne l'est l'exotérisme religieux, et il participe activement, bien que d'une manière tout intérieure, à la fonction révélatrice qui manifesta cette forme traditionnelle et qui continue à la maintenir en vie.

009b6dCe rôle "central" du Soufisme au sein du monde islamique peut être voilé aux spectateurs de l'extérieur, parce que l'ésotérisme, étant conscient de la signification des formes, est en même temps intellectuellement souverain à leur égard, en sorte qu'il peut s'assimiler, du moins pour son exposé doctrinal, certaines notions ou symboles provenant d'un héritage autre que sa propre souche traditionnelle. En effet, il peut paraître étrange que le soufisme soit l' "esprit" ou le "coeur de l'islam" et qu'il représente en même temps l'esprit qui, dans le monde de l'islam, est le plus libre à l'égard des contours menteaux de celui-ci. - Il importe toutefois de ne pas confondre cette liberté véritable et tout intérieure avec les mouvements rebelles contre la tradition qui, eux, ne sont pas intellectuellement libres à l'égard des formes qu'ils nient par incompréhension. - Or, ce rôle du Soufisme dans le monde de l'islam(2) est bien celui du coeur dans l'homme, en ce sens que le coeur est le centre vital de l'organisme et qu'il est aussi, dans sa réalité subtile, le "siège" d'une essence qui dépasse toute forme individuelle.

Les orientalistes, soucieux de tout ramener au seul plan historique, ne pouvaient guère s'expliquer ce double aspect du Soufisme que par des influences étrangères à l'islam; aussi ont-ils attribué l'origine du Soufisme, selon leurs préoccupations diverses, à des sources iraniennes, hindoues, néo-platoniciennes ou chrétiennes. Ces attributions divergentes ont cependant fini par  s'équilibrer les unes les autres, d'autant plus qu'il n'existe pas de raison suffisante pour mettre en doute l'authenticité historique de la filiation spirituelle des maîtres soufis, filiation qui, en une "chaîne" (silsilah) ininterrompue, remonte jusqu'au Prophète. L'argument décisif, cependant, en faveur de l'origine Mohammedienne du Soufisme réside en celui-ci même; car si la sagesse soufique provenait d'une source située en dehors de l'islam ceux qui aspirent à cette sagesse - qui n'est assurément pas la nature livresque ou simplement mentale - ne pourraient pas s'appuyer, pour le réaliser toujours à nouveau, sur le symbolisme coranique; or, tout ce qui fait partie intégrante de la méthode spirituelle du Soufisme, et cela d'une manière constante et nécessaire, est puisé dans le Coran et dans l'enseignement du Prophète.

Les orientalistes qui soutiennent l'hypothèse d'une origine non-musulmane du Soufisme soulignent généralement le fait que la doctrine soufique n'apparaît pas, dans les premiers siècles de l'Islam, avec tous les développements métaphyques qu'elle comportera par la suite. Mais cette remarque, pour autant qu'elle est valable à l'égard d'une tradition ésotérique, - donc se transmettant surtout par un enseignement oral, - prouve le contraire de ce qu'ils prétendent, car les premiers soufis s'expriment dans un langage très proche du Coran, et leurs expressions concises et synthétiques impliquent déjà tout l'essentiel de la doctrine. Si celle-ci devient, par la suite, plus explicite et plus élaborée, il n'y a là qu'un fait normal et propre à toute tradition spirituelle: la littérature doctrinale augmente, non pas tant par l'apport de nouvelles connaissances que par la nécessité d'endiguer les erreurs et de ranimer une intuition faiblissante...

Bien qu'il eût certainement des contacts entre les premiers Soufis et des contemplatifs chrétiens, - l'histoire du Soufi Ibrahim ibn Adham le prouve, - une certaine parenté entre le soufisme et le monachisme chrétien d'orient ne s'explique pas a priori par des interférences historiques. Comme l'explique Abd al-Karîm al-Jîlî dans son livre al-Insân al-Kâmil ( "De l'homme universel"), le message du Christ "dévoile" certains aspects intérieurs - et partant ésotériques - du monthéisme Abrahamique : les dogmes chrétiens, qui peuvent tous se ramener au dogme des deux natures, divine et humaine, du Christ, résument d'une certaine manière, sous forme "historique", tout ce que le soufisme enseignera sur l'union avec DIEU. Aussi les soufis pensent-ils que le seigneur Jésus (seyidina Aïssa), représente, parmi les envoyés Divins (rasûl), le type parfait du saint contemplatif : tendre la joue gauche à qui nous a frappé sur la droite, c'est le détachement spirituel par excellence, la sortie volontaire hors du jeu des actions et réactions cosmiques.clp.jpg

Il n'en reste pas moins vrai que la personne du Christ ne se situe pas, pour les soufis, dans la même perspective que pour les chrétiens. Malgré toutes les simillitudes, la voie des soufis diffère beaucoup de celle des cotemplatifs chréthiens; nous pouvons ici nous référer à l'image selon laquelle les différentes voies traditionnelles sont comme les rayons d'un cercle, qui s'unissent dans un seul point : dans la mésure où les rayons se rapprochent du centre, ils se rapprochent aussi les uns des autres; cependant, ils ne coïncident jamais sauf dans le centre, où ils cessent d'être des rayons. Cette distinction des voies n'empêche évidemment pas l'intellect de se placer, par anticipation intuitive, au centre, où toutes les voies convergent.

Disons encore, pour bien préciser la constitution interne du soufisme, qu'il comporte toujours, comme éléments indispensables, une doctrine, une initiation et une méthode spirituelle. La doctrine est comme une préfiguration symbolique de la connaissance qu'il s'agit d'atteindre, et elle est aussi, dans sa manifestation, un fruit de cette connaissance. La quintessence de la doctrine soufique vient du Prophète; seulement, comme il n'y a pas d'ésotérisme sans une certaine inspiration, la doctrine se manifeste toujours à nouveau par la bouche des maîtres. Aussi l'enseignement oral est-il supérieur, par son caractère immédiat et "personnel", à l'enseignement qu'on peut tirer des écrits; en fait, ce dernier jouera un rôle secondaire, celui d'une préparation, d'un complément ou d'un aide-mémoire, et c'est pour cette raison que la continuité historique de l'enseignement soufique se soustrait parfois aux recherches des érudits...

source: initiation aux doctrines ésotériques de l'islam (Titus Burckhardt)


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. D'après l'explication la plus populaire, at-taçawwuf signifierait uniquement "se vêtir de laine" (çûf), les premiers Soufis n'ayant porté, dit-on que des vêtements de laine pure.

2. Nous ne parlons pas ici des organisations initiatiques du Soufisme, mais de celui-ci en lui-même; des groupes humains peuvent revêtir des fonctions plus ou moins contingentes en dépit de leur rattachement au soufisme; l'élite spirituelle est difficilement saisissable de l'extérieur. D'autre part, c'est un fait connu qu'un grand nombre des plus éminents défenseurs de l'orthodoxie islamique, tels que Abd al- Qâdir Jilanî, al - Ghazzâli, le sultan çalâh ad-dîn et d'autres, ont été rattachés au Soufisme.

Partager cet article

Commenter cet article