Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
univers-soufi

Amoureux du prône DIVIN (Rûbehan de Shîrâz)

30 Avril 2013 , Rédigé par Ladji Publié dans #soufisme

asa GF

Sachez mes frères - puisse DIEU vous faire progresser dans la compréhension du prône Divin - que le prône est la fine fleur des stations spirituelles, la quintessence des états mystiques, le point d'aboutissement des secrets Divins, la plénitude des biens, la nourriture des esprits, la solution finale des difficultés de la voie.

En effet, depuis le début jusqu'à la fin de la progression, il existe un prône approprié à chaque station. Et dans les échellons que gravissent les âmes des bienheureux, il y'a une difficulté qui ne peut être résolue que grâce au prône. 

Depuis la "station de la conversion" jusqu'à la station de la vigilance (morâqâbat) il y'a mille stations à franchir, et dans chacune de ces stations on trouve soixante-dix mille prônes correspondants. Tant que le pèlerin n'a pas parcouru toutes ces stations, les prônes continuent de se succéder. Depuis la "station de la vigilance" jusqu'à celle de la connaissance (ma'rifat), il y' a soixante-dix mille stations à franchir, et dans chacune d'elles  on trouve soixante-dix mille prônes correspondants. Si l'un de ces prônes venait à être entendu par les initiés aux stations mystiques, ceux-ci deviendraient complètements mécréants.

 

Depuis la "station de la connaissance" jusqu'aux arcanes du dévoilement, il y'a soixante-dix mille stations à franchir, et dans chacune d'elles on trouve soixante-dix mille prônes correspondants. Si les adeptes de la connaissance venaient à être instruits de tous ces secrets, ils seraient complètement égarés. Depuis la "station du dévoilement" jusqu'à la contemplation pure, il y' a soixante-dix mille stations à franchir, et dans chacune d'elles on trouve soixante-dix mille prônes correspondants. Si l'un de ces prônes venait à être entendu par les adeptes du dévoilement, ils deviendraient complètement agnostiques. Depuis la "station de la contemplation" jusqu'au stade du Tawhid, il y'a soixante-dix mille stations à franchir : la première de celle-ci est la sobriété, et la dernière est l'arrachement. Le rivage (de la station de la contemplation) est l'abolition de l'abolition, et l'océan en est la subsistance; les joyaux qu'on y recueille sont l'espérance, la détente, le soulagement, ainsi que l'ivresse avec l'ivresse, la lucidité avec la lucidité.lia

Dans chaque souffle qu'exhale l'âme du pèlerin, cent mille énigmes d'entre les énigmes de DIEU sont offertes au candidat à l'union. Si l'une de ces énigmes venait à être entendu par les adpetes de la contemplation, ceux-ci deviendraient complètement idôlatres. Depuis la "station du Tawhid" jusqu'à celle de la fusion unitive (ittihâd), soixante-dix mille voiles sont à soulever, dont le premier est le non-être et le dernier l'être. Chacun de ces voiles recèle soixante-dix mille formes de déguisements sous lesquels apparaissent cent mille de la Beauté Divine. Chacune de ces fiancées parle cent mille langages ayant trait au secret de l'union q'elle communique de manière incessante au bien-aimé, le laissant bouche bée. Si l'un de ces langages du secret frappait l'oreille des unifiques, ceux-ci deviendraient complètement mécréants.

à suivre...

source: traité de l'esprit saint (Rûbehân de Shiraz)


Partager cet article

Commenter cet article