Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
univers-soufi

Les Méandres de la Philosophie et la négation des Sciences - Al -Ghazali

26 Août 2012 , Rédigé par Ladji Publié dans #islam

ccv.jpgPuis, j'ai examiné mes connaissances, et je me suis trouvé dépourvu de toute science ainsi caractérisée sauf dans le domaine du sensible et des nécessités (de la raison).

Je me suis dis; Maintanant que le désarroi s'est installé, je ne peux espérer résoudre mes problèmes qu'à la lumière des évidences que sont les données sensibles et les nécessités de la raison, alors il me fallait les maîtriser pour m'assurer que si ma confiance dans ma perception des données sensible, et ma sûreté contre l'erreur dans les nécessités de la raison sont de même nature que la confiance que j'avais auparavant dans mes imitations conformistes, et celle qu'ont la majorité des gens dans les théories spéculatives, ou bien m'assurer que cette confiance et cette assurance sont fondées et ne souffrent d'aucune illusion ni d'aucun risque ?

Je me suis alors appliqué avec beaucoup de zèle et du sérieux à réfléchir sur les données sensibles et les nécessités de la raison, pour voir si je peux être sûr à leur sujet. A force de douter j'ai fini par perdre  confiance également dans les perceptions des données sensibles. Ce doute qui grandissait en moi à leur sujet prenait l'allure des questions comme celle-ci : comment pourrai-je avoir confiance dans ces perceptions quand la plus fiable parmi elles qui est la vue, en fixant l'ombre elle croit qu'elle est figée et immobile et décrète l'absence de mouvement ! Alors que l'expérienc et l'observation, nous montrent qu'au bout d'une heure cette ombre a bougé progressivement en effectuant des petits mouvements, et qu'elle n'a pas eu du tout des moments d'immobilité ! De même l'oeil regarde une étoile et la perçoit réduite à la taille d'une pièce d'un Dinar, pourtant les calculs mathématiques montrent qu'elle est de taille plus grande que la terre... Voilà des exemples de données sensibles régis par les lois de la perception sensible que les exigences de la raison démentent d'une manière irréfutable.

Je me suis dit  alors : vaine est également la confiance dans les données sensibles. Peut-être qu'il n' y a de sûreté que dans les données rationnelles de la raison, qui relèvent des prémisses connues lorsque nous disons que le nombre dix est plus grand que le nombre trois, ou nous stipulons que l'affirmation et la négation ne peuvent coexister dans le même sujet et qu'un objet ne peut être à la fois instauré (contingent) et éternel, existant et inexistant, nécessaire et impossible.images (44)

Mais l'expérience des données sensibles m'interpella ainsi : comment peux-tu être sûr que ta confiance dans les  éléments de la raison n'est pas de même nature que ta confiance dans les données sensibles, car auparavant tu te fiais à ces  données, mais quand vint le jugement de la raison il les a démenti, et sans l'intervention du jugement de la raison tu aurais continué à croire aux vérités des données sensibles ? Peut-être qu'au-delà de la raison y'a-t-il un autre jugement qui, s'il apparaît, il démentirait le jugement de la raison comme celui-ci en se manifestant, démentit le jugement des données sensibles. Et si cette troisième perception ne se manifeste pas, cela ne  démontre pas l'impossibilité de son existence.

Mon âme a mis un peu du temps avant de répondre, invoquant sa problématique en l'illustrant par l'exemple du rêve. Elle dit: n'est-ce pas dans ton sommeil que tu crois à des choses, tu imagines des situations et tu crois fermement et sans le moindre doute à leur tangibilité et à leur réalité foncière, alors que par ton réveil tu apprends qu'il n' y a aucun fondement réel ni aucune utilité à toutes les croyances et tes fantasmes imaginaires ?

Comment peux-tu te rassurer que tout ce que tu crois en état de veille, qu'il te soit parvenue par des sens ou par la raison, est vrai par rapport à ton propre état mais qu'il t'arrive de connaître un état qui serait par rapport à ton éveil ce que serait ton éveil par rapport à ton sommeil et où ton propre éveil serait du sommeil par rapport à cet état ? Si tu parviens à connaître cet état tu sauras avec certitude que tout ce que tu as imaginé avec ta raison n'était que vaine imagination.

Ce état est peut-être celui que revendiquent les soufis. Puisqu'ils prétendent percevoir dans leurs propres états, quand ils plongent dans les profondeurs de leurs âmes, et qu'ils s'annihilent par rapport à leurs sens, des états qui ne concordent nullement avec les données rationnelles.

Peut-être cet état est-il celui de la mort ? Car l'Envoyé de DIEU - sur lui la grâce et la paix - a dit : " Les gens sont endormis ce n'est qu'en mourant qu'ils se réveillent". Peut-être que la vie d'ici bas n'est qu'un sommeil par rapport à la vie future ! Ce n'est qu'à sa mort que le fidèle verrait les choses autrement, et il sera interpellé en ces termes : " Nous avons enlevés ton voile, et ton regard aujourd'hui est perçant".

Une fois submergé par ces idées qui ont marqué mon âme de leur emprunte, j'ai essayé en vain d'y apporter remède, car je ne pouvais leur trouver réponse qu'au moyen du raisonnement démonstratif, lequel n'était possible que sur la base des sciences premières. En effet tant que celles-ci ne sont pas évidentes il n'est pas possible de construire un raisonnement démonstratif.

Le mal empira et se prolongea deux mois, durant lequels j'étais un adepte du sophisme par mon par mon état et non par mes propos et écrits.der

C'est DIEU - exalté soit-Il - qui m'a guéri de ce mal, et a permit à mon âme de retrouver la bonne santé et son équilibre, et les évidences rationnelles redevinrent pour moi acceptables et sûres dans l'assurance et la certitude, non pas grâce à  l'ordonnancement d'un raisonnement démonstratif ou d'un agencement du discours mais grâce à une lumière que DIEU - exalté soit-Il - a projetée dans ma poitrine, et cette lumière est la clé de la plupart des connaissances. Ainsi celui qui croit que "le dévoilement" dépend  des preuves établies, ne fait que restreindre l'immense Miséricorde Divine. En effet lorsque l'Envoyé de DIEU - sur lui la grâce et la paix - fut interrogé à propos de la Parole de DIEU - exalté soit-Il - qui dit : " Celui que DIEU veut guider, Il ouvre sa poitrine à l'Islam" (coran 2/125), il a dit : " C'est une lumière que DIEU - exalté soit-Il - projette dans le coeur", on lui dit " quel est son signe ?", et il répondit : " se détourner de la demeure illusoire et se tourner vers la demeure éternelle". C'est d'ailleurs ce que le prophète - sur lui la grâce et la paix - vise en disant dans le hadith " DIEU a crée les créatures dans les ténèbres puis les arrosa de Sa lumière". Il convient donc de puiser le dévoilement auprès de cette lumière qui jaillit par moments à travers les effleures de la génorosité Divine, il faut alors la guetter comme nous le recommande le prophète - sur lui la grâce et la paix - " Votre Seigneur a les effluves de miséricorde qui rejaillissent dans les instants de votre vie. Aussi, exposez-vous au souffle de ces effluves."

En somme, le but de ces récits consiste à amener le fidèle à exceller dans la recherche au point de finir par chercher ce qu'on ne cherche pas. Car les évidences ne sont pas recherchées puisqu'elles sont présentes à l'esprit. Or ce qui est présent, s'il vient à être cherché, se perd et disparaît. Ainsi celui qui a été jusqu'à chercher ce qu'on ne cherche pas, ne peut être accusé de négligence dans la recherche de ce qui doit être cherché".

source : Erreur et Délivrance ( Al - Ghazali)

Partager cet article

Commenter cet article