Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
univers-soufi

Articles avec #ibn'arabi tag

LE DHIKR D' ALLAH est plus Grand - IBN'ARABI

6 Juillet 2013 , Rédigé par Ladji Publié dans #dhikr, #prière, #ibn'arabi, #soufisme

LE DHIKR D' ALLAH est plus Grand - IBN'ARABI
" Et certes le Dhikr d'Allâh est plus grand !" (1)

Quelle que soit l'oeuvre d'adoration pratiquée par le serviteur, lorsqu'elle comporte le dhikr d'Allâh celui-ci est nécessairement "plus grand" que les actes et les paroles que cette oeuvre comprend par ailleurs. Le Très-Haut a dit en effet : " La prière rituelle écarte la turpitude et ce qui est blâmable; cependant le dhikr d'Allâh est plus grand", c'est à dire: celui qui est pratiqué dans la prière est "plus grand" que les divers actes que celle-ci comporte. Si tu pratiques le dhikr d'Allâh quand tu accomplis la prière, Il est ton Compagnon (jâlis) dans cette oeuvre, Lui qui a dit qu'Il était " le Compagnon de celui qui Le mentionne (dhakara-Hu)"; or, s'Il est ton Compagnon, ou bien tu es doué de la Vue Divine (2) et tu Le contemples (directement), ou bien tu ne possèdes pas ce don et tu Le contemples par la Foi dans le fait qu' " Il te voit".

De même qu'Allâh ne parle à Sa créature que " de derrière un voile" (Cor. 42, 51) - et le voile n'est autre que Sa parole même ! - de même, tu ne peux, toi, lui parler, te mentionner toi-même ou mentionner un autre, que de derrière un voile;il ne peut en être autrement.En effet, la contemplation rend stupide et muet. Celui qui pratique le dhikr est nécessairement aveugle, même si DIEU est son Compagnon : ce qui le rend aveugle, c'est son dhikr ! DIEU, pour tout pratiquant du dhikr, est un "Compagnon invisible" (jâlisu ghaybin) ! (3) Seul réunit la contemplation (mushâhada ) et la libération conditionnelle (kalâm) celui qui est sous l'emprise d'une contemplation imaginaire de son Seigneur, indiquée par la parole "comme si tu Le voyais" car c'est là une présence qui se manifeste dans l'imagination : dans cet état, le "compagnon" est semblable à toi, ce n'est pas Celui "à qui rien n'est semblable" (4). Tel était l'état de Shihâb b. Akhî al-Najîb (5) - qu'Allâh lui fasse miséricorde ! - d'après cette parole de lui qui m'a été communiquée de manière sûre: "L'homme peut réunir la contemplation et la parole". Qu'est donc un tel goût initiatique en comparaison de celui du " Réalisé Certificateur" (muhaqqiq) Abû-l-Abbâs as-Sayyârî, qui fait partie des hommes mentionnés dans la Risâla de Qushayrî ?

Il a dit en effet : "l'être doué d'intellect n'a jamais tiré aucune jouissance de la contemplation car la contemplation de DIEU est une extinction; elle ne comporte aucune jouissance". Qu'est donc un tel goût initiatique en comparaison de celui de Shihâb !

Comprends donc, car c'est un point où se trompent même les Gens d'Allâh qui ont obtenu les plus grands degrés de réalisation; que dire de ceux qui leur sont inférieurs !

source : Textes sur le Jeûne (IBN'ARABI)

  1. Cf. Cor. 29, 45. Le terme Dhikr évoque, suivant les contextes, le fait de "se souvenir", de "mentionner", ou d' "invoquer".
  2. Il est fait ici allusion à deux hadiths différents: le premier est celui selon lequel Allâh est Lui-même l'ouïe, la vue, etc., de celui qu'Il aime; le second définit l'ihsân comme le fait d'adorer Allâh "comme si tu Le voyais car si tu ne Le vois pas, Lui te voit". Sur la signification initiatique de ce dernier, cf. Le livre de l'extinction dans la contemplation, p. 48-50.
  3. Allusion au hadith qudsi qui a été cité plus haut.
  4. Dans le cas de la prière rituelle, il faut donc distinguer, d'une part, les actes prescrits qu'elle comporte et qui appartiennent au monde corporel et visible; d'autre part, l' "entretien" avec DIEU : impliquant dualité et similitude, il se situe dans le monde de la manifestation subtile et des formes imaginaires; enfin, la contemplation qui implique dissimilitude totale et servitude absolue : elle est évoquée par la formule " Allâhu Akbar". Qâchânî interprète de manière analogue le passage coranique : " En vérité, la prière rituelle écarte la turpitude et ce qui est blâmable, et certes l'invocation d'Allâh est plus grand (dhikr - Llâhi akbar)" car selon son commentaire, "Il s'agit là de la mention de l'Essence à la Station de l'Extinction pure (Maqâm al-fanâ al-mahdi)".
  5. Il s'agit de Umar Suhrawardî.
musulmanes en hijab

musulmanes en hijab

Voir les commentaires

A propos du jeûne (Muhy-d-Dîn Ibn'Arabi)

28 Juin 2013 , Rédigé par Ladji Publié dans #soufisme, #poème, #ibn'arabi, #islam, #france

A propos du jeûne (Muhy-d-Dîn Ibn'Arabi)

O Rieur dans la forme de Celui qui pleure

Tu es en nous le Plaignant et l'Accusé (1)

Le jeûne est-il abstinence sans exaltation

ou exaltation sans abstinence ?

N'est-il pas l'une et l'autre pour qui

affirme l'Unicité par une "association" ? (2)

Les intelligences sont chassées et rendues

impuissantes,

sans nasses ni filets.

Les intelligences sont assiégées et rendues

impuissantes,

une lame aiguisée tranchant en faveur de la Loi.

Elles se soumettent alors, leurs preuves rejetées,

et croient sans comprendre.

L'étoile de la guidance les mène saines et sauves

dans les flots des sphères et des royaumes.

O mon âme, sans toi je ne serai pas Lui

"comme si c'était lui" (3), oui, sans toi, sans toi !

Mon jeûne vise le monde.

Il est, plutôt qu'à toi, au DIEU des créatures.

Je veux dire : le jeûne qui est Lui.

Par le monde, au contraire, Il te nourrit.

Aurais-tu contemplé son sens suprême,

nulle créature n'habiterait plus en toi.

Le jeûne est sans pareil m'a dit

le Proclamateur de Sa Loi; considère ceci !

Il est abandon : où est donc celui que tu accomplis ?

Où est ta prétention ?

L'ordre manifesté retourne à son principe;

mon Seigneur reprend possession de toi.

Réfléchis ! Le jeûne fut réglé par Lui

alors qu'il n'a de sens que pour toi.

Puis Il t'a fait savoir

qu'Il te dépouillait du jeûne mis à ta charge :

Le jeûne est à Allâh, ne sois pas ignorante !

Tu es le support de Son épiphanie, prends-y garde !

Il appartient à Allâh ! Tu es seule,

sache-le, à mourir d'inanition !

Le Tout-Miséricordieux t'a rendue femme

pour Celui qui, t'ayant harmonieusement

disposée, naîtra de toi (4),

Gloire à la transcendance de Celui qui t'a ainsi

disposée

comme une épouse pour Lui. Seule tu as

obtenu ce privilège.

Tu es, comme la Terre, une couche pour Lui

et pour Son Être qualifié de "pleureur" (5).

Entre vous deux, l'oeuvre d'Allâh paraît;

et toi, où es-tu donc ?

Si tu implores Allâh et t'abaisses

devant Lui - le Très-Haut ! -, Il se met à ton service.

La Plume Suprême sur Sa Table

inscrit d'après Son ordre ta qualification la plus pure.

Tu es le tout sans être Lui.

Il est proche de toi par une face, Éloigné par l'autre.

Prends garde de ne pas te satisfaire

de ce qui te plaît ! Prends garde !

Demeure selon ton être principiel en tout

ce que tu veux. Ne sois pas oublieuse de peur

qu'Il ne t'oublie (6),

Telle est la science qui m'est venue

d'une Parole véridique.

Je la révèle sur l'ordre de Celui qui la connaît

totalement,

parmi les abstinents et les ascètes.

Louange à Allâh qui m'a privilégié

par une science éclatante et qui t'en a parée,

Qui m'a privilégié par une Forme

dont la perfection n'est possible... que sous

ton égide !

source : Textes sur le Jeûne (Ibn'Arabi)

  1. cf. la demande du Prophète - sur lui la grâce et la paix ! - : "Je me réfugie par Toi contre Toi".
  2. L'association existe dès qu'un "autre qu'Allâh" affirme Son Unité. L'association rend l'abstinence nécessaire, tandis que l'exaltation réalise l'Unité.
  3. Allusion à Cor. 27, 42. Cette expression Coranique est souvent considérée comme la marque d'une réalisation imparfaite.
  4. Littéralement : "apparaîtra à partir de toi) (yazharu min-ka). Il s'agit de l'Esprit Divin dont l'apparition suppose un support de manifestation. Le vocabulaire employé pourrait contenir une allusion à Cor. 19, 17-19.
  5. Ceci est une explication du premier vers.
  6. Allusion à Cor. 9, 67.
Voir les commentaires