Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
univers-soufi

La religion et la finalité de l'homme - Pierre Soumarey

27 Juin 2014 , Rédigé par Ladji Publié dans #islam

La religion et la finalité de l'homme - Pierre Soumarey

La science nous donne une description qui rend le complexe simple et intelligible. Elle nous donne des réponses relatives à l'enchaînement des causes, et à l'enchevêtrement des choses, autant qu'elles peuvent être expliquées. Elle nous renseigne sur leur origine, leur nature, leur fonctionnement, leur évolution, leur utilisation et leurs effets dans différents domaines. Cependant force est de constater que l'exploitation de leurs propriétés ou la maîtrise de leur mode d'action, ne permet pas de dégager une finalité à l'existence. Elle permet tout juste d'améliorer les conditions de vie, de soulager et de protéger l'homme de certaines contingences.

Ce bilan reflète une situation, dans laquelle il manque quelque chose d'essentiel au progrès de l'homme: l'absence de sens et de finalité à son existence. Cette dernière s'inscrit dans une alternative: ou il lui faut lui-même donner un sens à son existence ((l'humanisme par la foi en la raison et en la nature de l'homme, la construction d'un modèle idéal proche de la cité de Dieu, la construction d'une société tirée par un idéal toujours à définir) ou il lui faut trouver ce sens en dehors de lui-même (l'histoire ou la prédestinée).

Ce choix en est-il vraiment un ? Ne s'agit-il pas tout simplement de directions, de valeurs et croyances complémentaires ? La question revient en définitive à se poser la question de savoir s'il appartient au pouvoir de l'homme de donner un sens à son existence, ou si celui-ci lui est déjà donné de l'extérieur, sans qu'il ne le saisisse réellement ?

Bien que nous soyons dans l'histoire et que nous la fassions, de l'en-dedans, cette dernière est en une certaine manière en dehors de nous, car elle implique à la fois que l'aventure humaine de la vie, a une signification donc qu'elle n'est pas absurde, et que cette signification est donnée par l'orientation naturelle de l'histoire, qui suit une flèche, une direction prédéterminée, dont la subtilité nous échappe. Autrement dit elle pourrait être autonome et porteuse d'un projet subtil, qui échappe à notre conscience. Ce mécanisme pourrait être rapproché du concept de l'évolution en biologie. Il est comme la main invisible qui régule les marchés dans la théorie capitaliste néo-classiciste ou comme celle qui assure l'équilibre des écosystèmes, dont la vie s'apparente à une guerre permanente, mais qui néanmoins, trouve une harmonie. Cette dynamique s'accomplirait en dehors de la volonté de l'homme, qui n'est que le serviteur d'un projet qui le dépasse. Le déterminisme qui le définit reposerait alors sur le postulat que la succession des évènements et des phénomènes qui confectionnent la trame de l'histoire, est lié à un principe de causalité beaucoup plus profond, que les causes mécaniques et directes auxquels ils obéissent. Une telle conception repose sur le fait que l'être humain est par sa nature même, un être de progrès, parce qu'il est lui-même un projet en construction. Dès lors, son histoire dessine la trajectoire d'une progression, visant un but à atteindre, dont nous n'avons pas une pleine conscience pour qu'il devienne un phénomène prédictif. Or, c'est précisément cette prédiction qu'apporte la religion, en spécifiant les conditions qui permettent d'atteindre ce but.

Source : l'homme face à sa finalité (Pierre Soumarey)

Publié aux éditions du Panthéon à Paris

Partager cet article

Commenter cet article